LE SYSTÈME TACTILE

Le toucher est un des sens les plus importants

Il stimule le facteur de croissance des cellules, le développement du réseau neuronal de notre système nerveux et augmente la synthèse de neurotransmetteurs. Le toucher est impliqué dans le développement des mouvements du corps, des composantes de l’orientation spatiale et de la perception visuelle.

La manipulation stimule l’apprentissage

Le manque de toucher crée des difficultés dans la tension de nos muscles, des problèmes émotionnels et d’apprentissage. Certaines personnes apprennent mieux lorsqu’ils manipulent un objet. Lorsque le toucher est combiné à d’autres sens, il y aura activation d’une plus grande partie du cerveau pour des connexions plus complexes.
L’enfant se fera une image mentale des possibilités et des limites de son corps. Par analogie si vous n’avez jamais touché à une clé, vous ne pourrez pas vous imaginez la texture métallique et la froideur de la clé, ni les détails de sa forme.
Plus les enfants touchent, plus ils apprennent à graduer la force avec laquelle il manipule les objets et à coordonner leurs muscles pour les activer.

Les troubles reliés au manque de toucher

On peut retrouver de l’hyperréactivité et de l’hypo réactivité tactile ainsi que des troubles de discrimination. Les personnes qui présentent de l’hypo réactivité enregistrent mal l’information sensorielle et peuvent rechercher des informations plus intenses, ou en plus grande quantité pour donner une réponse ajustée. Ces personnes peuvent avoir de la difficulté à juger de la force requise pour manipuler un objet. Ils tiennent leur crayon trop fortement ou trop mollement, ils ont de la difficulté à utiliser un portemine comme la mine se casse continuellement. Ils trébuchent et leurs gestes sont brusques. Ils poussent ou serrent trop fortement les autres, le chat ou le chien. Ils brisent plus fréquemment des objets ou font plus de dégâts ; par exemple tenir trop fortement un verre en carton pour boire de l’eau.

Les gens qui présentent de l’hyper réactivité vont se sentir agressé ou inconfortable par un toucher. Ils auront de la difficulté à tolérer la proximité des autres. Certains enfants à l’école n’arrivent pas à rester dans les rangs comme dès qu’ils se font toucher ils réagissent en poussant ou bousculant les autres et perdent leurs moyens. Certains ne tolérèrent pas des vêtements de certaines textures, les étiquettes, les coutures des bas. D’autres n’aimeront pas faire de la peinture tactile, jouer avec de la pâte à modeler, utiliser certaines colles. Ils voudront éviter certaines textures alimentaires. Si les stimulations tactiles sont désagréables, l’enfant ne sera pas porté à explorer son environnement, ne manipulera que peu d’objets ce qui va affecter sa dextérité manuelle et sa vitesse d’exécution, son attention va être reléguée aux stimuli inconfortables pour tenter de les éviter. Il sera donc hypervigilant et aura souvent des réactions émotionnelles disproportionnées, il pourra aussi exiger d’avoir un rituel lors de l’hygiène pour éviter les inconforts par exemple.
Lorsqu’un enfant a des difficultés à discriminer les informations tactiles qu’il reçoit, il interprètera mal les sensations et donc sera moins efficace et précis dans sa façon de manipuler les objets. Il pourrait avoir de la difficulté à retrouver le crayon qu’il veut dans son coffre à crayon, trouver la bonne pièce de monnaie dans ses poches sans regarder, il aura de la difficulté à se représenter mentalement les informations qui lui parviennent et cela affectera grandement sa vitesse d’exécution.

Un exemple probant

Un jeune adolescent qui avait des difficultés d’apprentissage à l’école est venu me consulter et lors de la passation de certaines épreuves perceptuelles il réussissait à trouver les bonnes réponses mais le temps pris pour répondre était important. À l’école, il obtenait alors de mauvaises notes à cause de sa lenteur. Lors d’une rencontre je remarquais qu’il marchait à quatre pattes sur le bout de ses doigts et sans la paume de main à plat au sol.
L’hypersensibilité sensorielle tactile l’avait affecté dans ses performances scolaires. L’enfant apprend à utiliser ses mains en d’abord en se guidant avec ses yeux et ensuite il n’utilise que sa motricité fine sans les yeux. S’il n’a pas suffisamment manipulé sa dextérité et sa vitesse en sera grandement affectées.
Hélène Lemyre N.D. Thérapeute en neurodéveloppement

Laisser un commentaire